DSM 6 sur le ds1010+

Le DSM6 sur mon 1010 m’intéresse beaucoup plus que de réussir à faire marcher le https sur le dsm5.2, parce que justement le ssl y est plus simple à configurer et permet le multidomaine (ça c’est cool) et je savais qu’il était possible de hack le 1010+ en 1511+.
Les deux sont en fait identiques car le 1511 est un refresh, mais le 1511 dispose du DSM6.

J’ai donc activement cherché comment faire ça j’ai trouvé qu’on peut MAJ jusqu’en 6.0 mais pas 6.1 un autre modèle, c’est loin d’être simple, je vais profiter de ce post pour tout inscrire (le lien vers le post orginal est là https://www.nas-forum.com/forum/topic/49724-demande-aux-experts-firmware-ds712-sur-ds710-succ%C3%A8s/page/2/?tab=comments#comment-1319296945 ) :

 

Comment installer le DSM 6 sur DS710+

ATTENTION, vous utiliserez ce qui va suivre à vos propres risques !!!

D’abord merci aux forums allemands et US pour leur aide.

Un ordinateur sous Linux est nécessaire ainsi qu’une connaissance raisonnable de Linux

1° Modification de la carte micro-usb du DS710+

Cette modification est nécessaire pour l’amorçage du DSM, en effet au boot le syno teste le checksum des fichiers rd.gz et hda1.tgz, ces fichiers ayant été modifiés le checksum est faux et personne ne sait comment le recalculer ( idée empruntée au forum xpenology.

Démonter le capot du syno (3 vis), dans le coin inférieur gauche de la carte mère on voit une carte enfichée munie d’un port micro-USB, la dépose de la carte mère n’est pas nécessaire.

Déposer cette carte, avec une pince plate serrer les deux ergots du téton fixant la carte ( flèche) et la soulever délicatement sans forcer pour ne pas tordre les pins du support

Une fois le téton dégagé retirer la carte en la soulevant, elle comporte un disque flash avec deux partitions.

– Démarrer l’ordinateur sous Linux et se connecter en tant que root

– A l’aide du connecteur micro-USB connecter cette carte à l’ordinateur sous Linux, dans un terminal, entrer successivement :

dmesg, le résultat vous donnera le nom du disque que vous venez de connecter, nous l’appellerons sdx

mount /dev/sdx1 /mnt

Aller dans le fichier /mnt/boot/grub/grub.conf et ajouter # au début de la ligne cksum /grub_cksum.syno puis sauvegarder.

A cet instant, il n’est pas inutile de copier quelque part le contenu de sdx1 et sdx2, il suffirait de les restaurer pour débriquer le syno.

umount /mnt

Déconnecter la carte et la reposer délicatement sur la carte mère ( attention à ne pas décaler ).

Refermer le syno, c’est terminé, vous pouvez le réamorcer et continuer à l’utiliser sous DSM 5 ou installer DSM 6 placé dans la zône de téléchargements.

2° Construction du paquet DSM 6 (sous linux en tant que root)

Le software du DS712+ est pratiquement identique à celui du DS710+, seuls 3 fichiers sont à modifier dans hda1.tgz et 2 dans rd.gz

Pour réussir, il faut savoir que Synology utilise dans busybox un vieux format pour comprimer DSM et Hda1. La non utilisation de ce vieux format explique les echecs à construire des paquets. Enfin, il faut savoir que rd.gz est le résultat d’une compression cpio suivi d’une compression lzma. Je n’ai pas réussi à déterminer les options utilisées pour la compression cpio, ce qui explique l’utilisation d’un éditeur binaire.

– télécharger le DSM du DS712+ : DSM_DS712+_7321.pat et celui du DS710+ DSM_DS710+_5644.pat

– le décomprimer dans le répertoire de votre choix par la commande tar –format=oldgnu -xvf DSM_DS712+_7321.pat (de mème pour DSM_DS710+_5644.pat)

– dans le fichier version changer 712+ en 710+

– remplacer bios.rom par celui du 710+ décomprimé précédemment

– supprimer le fichier checksum.syno

– déplacer hda1.tgz dans un répertoire de travail

– le décomprimer par la commande tar –format=oldgnu -xvJf hda1.tgz (J majuscule)

– editer /etc.defaults/synoinfo.conf : remplacer

unique= »synology_x86_712+ » par unique= »synology_x86_710+ »

upnpmodelename= »DS712+ » par upnpmodelename= »DS710+ »

sata_deeo_sleep_en= »yes » par support_esata_led= »yes »

max_volumes= »512″ par max_volumes= »256″

maxlanport= »2″ par maxlanport= »1″

supprimer les lignes eth1_mtu et eth1_wol_option

– editer /usr/syno/etc.defaults/manutil.conf

supprimer la ligne MAC address 2 <- je pense que ça dépend du nas 710+ là, car le mien a bien deux ports ethernet

– editer /usr/syno/etc.defaults/scemd.xml

remplacer la section fan_config correspondant au DS712+ par celle correspondant au DS710+ dans le DSM 5-5644

– Recompresser hda1.tgz par la commande tar –format=oldgnu -cvJf hda1.tgz * et le replacer dans le dossier de décompression du DSM 712+

– déplacer rd.gz dans un répertoire de travail

– le renommer en rd.lzma

– le décompresser par la commande lzma -cd rd.lzma > rd

– ouvrir rd dans un éditeur binaire (okteta) et remplacer 712+ par 710+ dans les occurences unique= et upnpmodelename

– recompresser par la commande lzma -zc rd > rd.lzma

– renommer rd.lzma en rd.gz et le replacer dans le dossier de décompression du DS712+

C’est presque terminé, il nous faut maintenant recalculer le fichier checksum.syno

télécharger dans un répertoire synologychecksum.zip placé dans la zône de téléchargements, le décompresser et lancer la compilation par la commande make

– se placer dans le répertoire du DSM 712+ et lancer la commande /nom du repertoire checksum.zip/synochecksum-emu1 -q `find *` > checksum.syno

Construire le DSM par la commande tar –format=oldgnu -cvf ../DSM_DS710+_7321.pat *

Et pour finir, voilà le lien pour télécharger le dsm 6 pour le 1511+ et le modifier comme dans le guide ci-dessus :

https://archive.synology.cn/download/Os/DSM

Je le note ici, mais je vais clairement pas le faire moi même avant longtemps, je demanderai peut être même au gars qui a fait la maj d’abord, en tout cas tout est archivé ici maintenant.

Ruffle ça marche (à peu près)

Donc oui ça marche pour la machine, mais la gestion des sons est buggée, j’ai du retoucher les sources pour que ça s’overlap pas continuellement car ça décharge pas le son après root.loadmovie, certains types de sons ne fonctionnent pas du tout, aucune idée pourquoi par contre (peut être car c’est des sons event), et je ne vais pas m’en occuper plus que ça.

elle est ressuscitée, ce jeu rentre donc dans la catégorie des increvables.

J’ai tenté les vomitos, tout marchait sauf la fonction qui colorise le vomito. Et j’ai aussi tenté poopee, qui ne s’est pas lancé, sûrement parce qu’il faut que j’édite la source qui charge la pub…. (edit : c’est les flv, ruffle ne lit pas les flvs et ne charge pas les mp3 avec loadsound).

Je vais sûrement tenter les autres jeux, je doute que mmw remarchera par contre. Le code est sûrement trop complexe pour ruffle.

J’aimerais bien faire marcher le https pour que ça ne se perde pas dans les limbes de google. Mais bon…

putain de synology!

ssl et dsm 5.2 (reloutage)

J’ai fait au mieux possible pour sortir le maximum de page statiques de ppg, tout n’est pas complet, certaines pages buggent, mais bon…. Donc je me suis dit ok maintenant je vais tenter le https pour ppg.

C’est super compliqué comparé au dsm6 ou tout est intégré, et j’ai aucune envie de changer de nas juste pour ça (j’ai un 5 baies qui fonctionne bien). Mes premières tentatives ont toutes échouées, ma nouvelle aussi…

Bref je suit ce guide ici :

https://synology.wordpress.com/2018/03/17/installing-a-free-letsencrypt-ssl-certificate-on-dsm-5-x

qui est la copie de celui là :

http://blog.raorn.name/2017/02/lets-encrypt-certificates-on-synology.html?m=1

C’est à jour techniquement car ça utilise let’s encrypt et un bash pour renouveller la requête tous les 90 jours : j’ai tout suivi et tout a fonctionné…. (j’ai juste mal indiqué le web root de mon vhost)

Mais non en fait, car il semble que mon ancien certificat auto signé fasse bugger le truc.

IMPOSSIBLE de le révoquer et de le desinstaller depuis l’interface dsm, du coup ok j’suis un ouf et je vais direct dans le usr/syno/etc (le système) je delete les fichiers….

Et papatra tout bug ensuite, les sites font une 503.

Malin jojo j’avais fait une sauvegarde des fichiers, je recolle, je restart le serveur web (enfin : activer désactiver le serveur dans le dsm) et tout remarche (1h de perdu quand même)

Donc j’ai décidé que ca restera sans ssl jusqu’à ce que j’ajoute un 2to au nas, qu’avant ça je copie tout son contenu dessus, que je note bien mes paramètres (pakage, source de paquets, comptes users, liens symboliques, et paramètres divers et variés avec des capture d’écran), puis que je rentente le ssl depuis un truc vierge en réinitialisant complètement le système….

C’est vraiment le mauvais côté de syno, qui ne fournit pas les majs pour ces nas de manière arbitraire (mon nas est une bête avec 8go de ram, 5 baies et un atom 64bits frr)

reboot freebox, perte des règles nat, etc

Ma journée continue, je met à jour les dns de ppg, je lance le dl de winhttrack, et patatra, les dns ne sont en fait pas MAJ donc au bout de 4h… ça m’a dl la version statique…
Ni une ni deux je reboot ma freebox peut être que ça forcera la maj, reboot ok…

Impossible de joindre le serveur.

Je galère, je redémarre le serveur web, le dsm, rien du tout, je test, rien ne marche…
À bout de solution je regarde avec moonligh si je peux réveiller mon pc -> oui. Je me connecte avec teamviewer (alléluia j’ai config l’authentification double sur TW hier, ça simplifie énormément la connection) sur mon pc de Paris, je vois que je peux joindre mon nas avec l’ip local, j’ouvre la page de ma mafreebox.fr…

Ok nouvelle interface, je regarde le nat……

Tous mes paramètres ont été effacés car la box à fait une maj.

La chance que j’ai eu c’est que moonlight et TW ouvrent d’eux même des règles nat, sans ça c’était cuitasse.

Du coup maintenant je suis méfiant avec free, et je regarde  comment obtenir une ip fullstack (je ferai ça plus tard, mais oui ils ont changé mon ip fixe depuis plus de 10 ans il y a quelques mois)

Et rien à voir, hier j’ai trouvé un combo 18 coups de Giovanna sur GG Strive, je le met là car je tenterai de le bosser un de ces 4.

migration + ruffle

(il est 6h30 je m’y suis mis car quelqu’un a sonné à notre portail à 4h et comme je n’arrivais plus à dormir je suis allé geeker là dessus)

Donc FINALEMENT je continue la migration de ppg.

Il manquait plusieurs pages du forum, le plugin a bouclé bizarrement à un moment, c’est sûrement pour ça, ça m’ennuyait car j’aime beaucoup l’idée que les gosses puissent retrouver tout ce qu’ils y ont écrit. Donc j’ai remis les dns online avant que mon serveur là bas soit résilié et cette fois je tente de convertir en statique les parties manquantes du site « à la dure » donc avec httrack.

Mais le hasard de cette nuit ne s’arrête pas là, je suis allé sur Twitter pour passer le temps, et je vois un tweet sur stack overflow (ou foone se moque de ce vieux site de développeur ici ).

Ce site m’a énormément servi quand j’ai appris à coder et à bricoler en as2/as3, donc je me demandais ce qu’il était devenu, je vais dessus et bizarrement, ma première recherche c’est « flash » en filtrant par ordre du plus récent au plus ancien, et je vois un type qui parle d’un logiciel qui s’apelle « ruffle » dans un des tout derniers posts, je regarde ce que c’est :

https://github.com/ruffle-rs/ruffle incroyable, il s’agit d’un plugin développé en rust et en javascript, pour émuler du flash, spécifiquement de l’as1 et de l’as2, et incroyable, ça permet même de le faire au niveau « serveur » et pas « client », donc de faire marcher des swf sur sa page web.

Et comme quasi tous mes jeux sont codés (mal) en as2, (il n’y a que crossing woods qui est codé en as3),  je vais pouvoir tester ça pour ressusciter les jeux et c’est fou que ça ait existé si rapidement, je vais tenter au moins les plus simples qui n’utilisent pas du tout ou très peu php, comme la machine à caca, poopee, les rototos et les vomitos.

Bref voilà une nuit vraiment étrange

auto-hébergement, migration effectuée à 100% !

Et voilà ppg est complètement passé en auto-hébergement et en statique, j’ai pas eu de mal du tout bizarrement.


Donc il m’a suffit de télécharger et d’installer simplystatic sur wordpress, de lancer la génération ( qui a duré des jours), de tout télécharger ensuite sur le nas dans le dossier web/poopeegames/ comme ci-dessous :

Mon nas qui héberge tout ça dans des virtual hosts !

Les hôtes virtuels DSM 5 synology diskstation :

Pour configurer les hôtes virtuels sous dsm 5 c’est hyper simple, il suffit d’aller dans le panneau de configuration, choisir « services web » puis de cliquer sur « hôte virtuel » et de rentrer les redirection, pas oublier de mettre la redirection www sinon ça marche pas bizarrement.

Pour régler mon registar ça a été un peu plus compliqué, je le note ici encore pour m’en souvenir.

Une fois loggé sur bookmyname, choisir personnaliser le contenu de mes dns

On choisit son ndd, on clique à droite sur « utilisateurs avertis » et on écrit ça :

Et voilà ! Plus qu’à régler le https maintenant (ça va être plus relou ça) et le site est sécurisé et pérénne pour des années !

Migration ppg, auto-hebergement

Comme mon serveur chez online est devenu complètement démesuré pour l’activité actuelle de mes sites (Flash est mort) j’ai décidé de faire une migration de ppg (et desyeuxdesoreilles mais ça c’est fait) et surtout une sauvegarde totale de mes fichiers dessus.

Il y a plus de 100go de fichiers accumulés dessus, entre les logs, les bases, les images de colors et autres, j’ai quand même tout sauvé ce week end en rentrant à Paris.

L’intégralité de var, de root, les fichier etc/lib/mysql, l’export des bdds depuis phpmyadmin, et les fichiers de sauvegardes tar générés automatiquement des dossiers ci-dessus.

J’ai supprimé les anciennes sauvegardes sur le nas que j’avais faites mais il me reste un énorme travail de tri et de nettoyage sur le nas maintenant, car j’y ai accumulé des années de sauvegardes de mes serveurs (nuxit,hostpapa,1and1, et ovh), mais aussi de mes pcs, je ferai ça petit à petit et comme il me reste 2 baies sur le nas je continuerai à stocker dessus encore des années.

Sinon la migration n’en est pas vraiment une, j’ai décidé de passer tout en statique avec un plugin wordpress, c’est en cours et c’est vraiment très long à générer (il y a plus 20000 pages déjà). Je ferai le tri ensuite et je le mettrai sur le nas, en terminant par faire pointer le ndd dessus.

Je passe tout en statique car je souhaite juste garder ça à titre mémoriel pour les gosses, ils ont passé des années sur le forum, je suis content de me dire qu’ils pourront y accéder encore plusieurs décennies sans que ça soit securitairement compromis tout en restant à très bas coût pour moi.

Enfin quand tout ça sera fait je regarderai pour le https sur le dsm5, j’ai trouvé des tutos précis, ça devrait être possible.

Bref un gros chantier pour sauvegarder et laisser accessible 10 ans de mon travail et d’activité avec les enfants x).